Enterrement de vie de garçon ou EVG !

Enterrement de vie de garçon : Comment l’organiser ?

Enterrement de Vie de garçon

C’est quoi encore ce truc ? !

Allez les amis… on va pas se le cacher : cette fête entre le futur marié et ses plus proches amis « mâles », c’est la journée/soirée de tous les possibles, histoire de profiter avant de se passer la corde au cou, comme le dit l’adage populaire, qui propose avouons-le, une vision un peu cataclysmique du mariage…. Mais sinon, un EVG ça peut aussi être une franche rigolade, une façon de prouver à son meilleur pote qui va convoler que faire la fiesta avec ses copains de toujours ne changera jamais, même s’il est « Monsieur » dans quelques jours !!!

Petit tour d’horizon de l’enterrement de vie de garçon !

Promis les filles… vous aurez bientôt votre article, puisque la même chose se fait pour les demoiselles !

Comment organiser son EVG

L’enterrement de vie de célibataire est une fête traditionnelle préparée pour le futur marié, généralement sans qu’il ne soit au courant de rien de ce qui va se passer ! Et c’est le moment pour organiser des activités surprises, souvent hors normes, ainsi que des gages ou défis à exécuter par le célibataire ! Très souvent c’est le meilleur ami, le frère ou le cousin hyper complice, qui s’occupe de tout ! Ce MC (maître de cérémonie !), est en majorité également, le témoin de mariage du marié !

Ce jour se prépare quelques mois en amont pour que les invités, les réservations d’un saut en parachute, ou la salle privatisée d’un nightclub, soient effectifs.

L’enterrement de vie de garçon se cale dans le mois qui précède le mariage. Globalement la moyenne montre que cette journée, soirée, weekend, se programme dans les huit jours précédant l’union.

Où faire son EVG

Aucune règle dans ce choix, puisque le lieu de la fête sera adapté en fonction des activités, du thème, et du nombre de participants. Ce que l’on rencontre le plus majoritairement, c’est une déambulation dans la ville de résidence ou natale du marié, pour qu’il puisse se plier aux jeux et défis qu’on lui a concocté ! Danser la macaréna en pleine place centrale de la ville, ou bien, accoster des passants afin de constituer deux équipes et faire un duel de tir à la corde… ! (et là… on reste dans des exemples soft !). Bref, le cœur d’une ville, la campagne, la plage, tout est possible. Ensuite, en fonction de l’activité phare décidée, l’organisateur adaptera la préférence d’un endroit ou d’un autre. On évitera toutefois, le restaurant où « Jeune Homme » avait l’habitude de dîner… mais avec son ex, ou bien une chasse au trésor dans un chenil s’il est allergique aux animaux ! (surtout si le but est de trouver le petit toutou adorable que sa dulcinée voudrait tant mais… pas lui…).

On réfléchit uniquement à tout ce qui peut faire plaisir, rire, sourire, être plié de rire le pote, le frangin, le copain de toujours ! C’est son jour, même s’il devra parfois se ridiculiser en se déguisant en bébé géant et en essayant de faire la manche avec un écriteau «  Pour mon dernier biberon de célib’ » !

Dernier point, le côté financier d’un enterrement de vie de garçon. Généralement, les invités seront sollicités pour apporter une contribution financière. Pour le repas ou la soirée en discothèque, chacun paye, et par contre, tout est « offert » au futur marié ! Il a bien mérité ça au moins, après toutes les « débileries » qu’il aura faites !

Laisser un commentaire